Association Nationale des Centres d'IVG et de Contraception

Presse


Les différentes étapes

Les consultations médicales préalables
Deux consultations médicales sont obligatoires. Depuis janvier 2016, le délai de réflexion obligatoire avant réalisation de l’IVG   qui était de 7 jours a été supprimé.
À la première consultation, la femme formule une demande d’IVG   au médecin ou à la sage-femme de son choix, qui doit l’informer des différentes méthodes, des lieux de réalisation de l’IVG   et lui présenter les risques et les effets secondaires potentiels. La patiente reçoit un dossier-guide édité par le ministère chargé de la santé et téléchargeable sur www.ivg.gouv.fr

Il existe deux spécificités pour les mineures :
- Un entretien psycho-social est obligatoire.
- Une autorisation parentale est demandée à la femme mineure sauf si celle-ci souhaite garder le secret vis-à-vis de ses parents. Dans ce cas, elle doit avoir recours à un adulte référent.

Médecins ou sages-femmes ne sont pas tenus de prendre en charge l’IVG   mais doivent en informer immédiatement les femmes qui en font la demande et leur donner le nom de confrères susceptibles de réaliser l’interruption de grossesse.
Lors de cette première consultation ou à tout moment dans le parcours de demande d’IVG  , il est proposé un dépistage des infections sexuellement transmissibles (IST). La prescription d’une contraception (voir la fiche HAS Contraception chez la femme après une interruption volontaire de grossesse IVG) fait partie du parcours d’IVG   et peut être abordée à tout moment afin de permettre aux femmes de choisir la contraception la plus adaptée à leur vie sexuelle.
.

Entretien psycho-social

Il est obligatoire pour une femme mineure et donne lieu pour elle à la remise d’une attestation indispensable pour procéder à l’IVG  .
L’entretien psycho-social est mené par une personne qualifiée (conseillère conjugale, assistante sociale ...) qui apporte une assistance et des conseils appropriés à la situation.
Un centre d’IVG   situé dans un hôpital public doit proposer des permanences destinées à ce type d’entretien, afin de permettre à la femme enceinte d’accomplir l’ensemble des démarches.
Les centres de planification et d’éducation familiale(CPEF  ) disposent également de personnels formés à ces entretiens.

Lorsque l’IVG   est réalisée hors établissement de santé, le professionnel de santé prenant en charge l’IVG   doit orienter la femme vers une personne qualifiée pour la réalisation de l’entretien, qui est obligatoire pour les mineures.

Autorisation parentale ou adulte référent

La loi précise que le médecin ou la sage-femme doit s’efforcer de recueillir l’autorisation parentale.
Dans les situations où la femme mineure exprime le souhait de garder le secret à l’égard de ses parents ou de son représentant légal au cours de l’entretien psycho social ou lors d’une des consultations préalables à l’IVG   avec le médecin ou la sage-femme, ceux-ci doivent la conseiller quant au choix de la personne qui l’accompagnera dans sa démarche.
Cette personne doit être majeure et doit pouvoir l’accompagner dans son parcours d’IVG  . Il s’agit d’un accompagnement moral, cette personne doit respecter le secret demandé par la femme et n’engage pas sa responsabilité autre que morale dans cet accompagnement.
En cas d’IVG   sous anesthésie générale   et de recours à l’adulte référent, l’anesthésiste se dispensera d’autorisation parentale. Cependant, pour sortir de l’hôpital, la présence de ce référent sera demandée au titre de l’anesthésie générale   (comme pour toute personne réalisant un geste chirurgical sous anesthésie générale  ).

La 2ème consultation

Elle fait suite à la première, sans délai particulier. C’est au cours de cette consultation que la femme confirme sa demande d’IVG   au médecin ou à la sage-femme, par écrit.
Si le médecin ou la sage-femme ne peut pas pratiquer l’IVG  , il ou elle doit alors lui délivrer un certificat attestant qu’elle s’est conformée aux consultations préalables et l’orienter vers un lieu où l’IVG   pourra être réalisée.

Les méthodes

La méthode chirurgicale par aspiration :
- Elle consiste en l’aspiration par voie vaginale du contenu de l’utérus.
- Elle est possible jusqu’à 14 semaines d’absence de règles.
- Elle peut être réalisée sous anesthésie générale   ou locale.
- Elle peut se faire dans un établissement de santé, privé ou public sous anesthésie locale   ou générale alors que sous anesthésie locale  , depuis janvier 2016, elle peut aussi être réalisée dans un centre de santé.

Comme toute intervention, une IVG   peut comporter des complications (hémorragie  , infection utérine, rétention partielle), elles surviennent de façon exceptionnelle.

Une consultation post-IVG   est systématiquement proposée afin de s’assurer de l’absence de complication et de ré aborder la contraception.

La méthode médicamenteuse :
- Elle consiste à prendre des médicaments, délivrés par un médecin ou une sage-femme, qui vont déclencher des contractions, des saignements puis l’expulsion du contenu utérin.
- Elle peut être proposée soit dans un hôpital public ou privé, soit chez un médecin ou une sage-femme libérale ou dans un centre de santé ou de planification, sous réserve qu’ils aient signé une convention avec un centre référent en vue de cette pratique.
- Elle est possible jusqu’à 7 semaines d’absence de règles hors établissement de santé, et jusqu’à 9 en établissement de santé. Dans certains centres, elle est pratiquée jusqu’à 14 semaines d’aménorrhée  .
- Le taux d’efficacité est d’environ 95 %.

Les complications sont rares (hémorragie   (0,3 à 2,6%), rétention partielle (2 %), poursuite de la grossesse (1%) ...)

Une consultation médicale après l’IVG   est indispensable pour s’assurer du bon déroulement du processus (entre le 14ème et le 21ème jour) et confirmer son succès (c’est la seule façon d’éviter de méconnaître une grossesse évolutive).

Consultation post-IVG  

Quelle que soit la méthode utilisée, une consultation de suivi est comprise dans le forfait de l’IVG  . Elle doit être réalisée entre le 14ème jour et le 21ème jour suivant l’interruption de la grossesse, afin de s’assurer de l’absence de complication et de faire le point sur la méthode de contraception choisie. A cette occasion, un entretien psycho social post IVG   est aussi proposé.

Dossier-guide IVG février 2017
Fiche Mémo Contraception chez la femme après une interruption volontaire de grossesse (IVG) HAS mise à jour janvier 2015
INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE MÉDICAMENTEUSE À DOMICILE Guide mémo pratique