Association Nationale des Centres d'IVG et de Contraception

Presse


Méthode instrumentale

Elle ne peut se pratiquer qu’en établissement de santé, 2 types d’anesthésie sont possibles.

Ce qu’il faut savoir :

Il n’y pas une méthode meilleure que l’autre mais il faut déterminer avec le médecin celle qui est possible et qui conviendra à chaque cas. L’aide au choix peut aussi se faire dans un entretien avec un conseiller conjugal et familial formé à cet effet.

Toutes les femmes ne sont pas égales devant la douleur, cela dépend de leur histoire, du sens de cette grossesse, de leur état émotionnel et aussi de leur seuil de perception de la douleur.

L’aspiration sous anesthésie locale   est la méthode la plus simple mais si la femme ne veut “rien voir ”, il est préférable qu’elle choisisse l’anesthésie générale  . La méthode médicamenteuse évitera le geste chirurgical mais elle a ses inconvénients (attente, douleurs, saignements prolongés, risque d’échec ou de rétention possible bien que rare).

L’anesthésie générale   :

La femme est endormie complètement. C’est une courte (environ 15 minutes) mais vraie anesthésie et toutes les précautions doivent être prises :

  • Consultation avec le médecin anesthésiste quelques jours avant l’intervention : il faut lui signaler les habitudes de consommation de tabac, les allergies, les antécédents médicaux, les prises habituelles de médicaments…
  • Être strictement à jeun et ne pas fumer depuis la veille de l’intervention (à partir de minuit).
  • Être accompagnée lors de la sortie.

L’anesthésie locale   :

Il faut signaler au préalable les antécédents d’allergie ou de convulsion.
La femme est consciente lors de l’intervention.
Le médecin pose un spéculum dans le vagin (cet instrument permet de visualiser le col de l’utérus) et il injecte le produit anesthésique dans le col et la partie haute du vagin.
Le médecin attend que l’anesthésie fasse effet avant de procéder à la dilatation du col de l’utérus puis à l’aspiration. La patiente peut poser des questions ou parler de ses sensations aux professionnels.

L’intervention :

Dans la plupart des cas on aura administré un médicament dilatateur du col avant l’intervention, grâce à ces médicaments la dilatation du col sera plus facile.
La durée de l’intervention est d’environ un quart d’heure, la technique est la même quel que soit le mode d’anesthésie.
Soit quand la femme est endormie, soit une fois l’anesthésie locale   faite, commence la dilatation : elle consiste à passer dans le col de l’utérus des sondes de calibre croissant jusqu’à un diamètre variable suivant le terme de la grossesse.
Ensuite l’on procède à l’aspiration du contenu utérin.
L’opérateur passe dans l’utérus une canule creuse qui est reliée à un appareil d’aspiration. Il déplace doucement cette canule de façon à aspirer la grossesse.
En cas d’anesthésie locale   : la dilatation du col est quasiment indolore mais des douleurs ressemblant à des douleurs de règles peuvent apparaître à la fin de l’aspiration, n’excédant pas quelques minutes.

Complications éventuelles

Elles sont devenues très rares depuis la médicalisation de l’interruption de grossesse, mais existent cependant et sont de plusieurs ordres :
- au cours de l’intervention :
Depuis l’utilisation des dilatateurs médicamenteux, les lésions du col de l’utérus (« déchirure »), les perforations de la paroi utérine sont devenues très peu fréquentes. Elles peuvent parfois nécessiter une intervention chirurgicale complémentaire.
- les risques liés à l’anesthésie sont rares et la consultation d’anesthésie pré-opératoire permet de les réduire au maximum.

Plus tardivement peuvent survenir d’autres types de complications :
- une rétention partielle peut nécessiter de prendre des antibiotiques et parfois de procéder à une nouvelle aspiration. De façon très exceptionnelle, la grossesse peut ne pas avoir été aspirée, (surtout dans les grossesses très jeunes). Il faudra alors procéder à une nouvelle aspiration.
- une infection secondaire peut également survenir, nécessitant la mise sous antibiotiques. La prévention de ces infections passe par leur dépistage lors de l’examen gynécologique.
- une absence de règles après le premier cycle peut évoquer une « synéchie » (accolement des parois utérines) et nécessite une prise en charge particulière.
Toutes ces complications sont imprévisibles et tout symptôme anormal doit conduire à contacter le service qui a effectué l’IVG   pour un avis médical.

Surveillance post-opératoire :

Les saignements sont en général peu abondants suite à une aspiration. En cas de saignements hémorragiques, de douleur, ou de fièvre après la sortie, il faut avertir le service.
Une consultation de contrôle est programmée quinze jours après l’intervention, afin de vérifier l’absence de complication et d’envisager la poursuite de la contraception.

  • Quelques recommandations seront faites à la sortie / ; ni bains ni piscine pendant 48 heures, surveiller la température dans les jours qui suivent l’avortement et ne pas hésiter à contacter le service en cas d’inquiétude.
  • Dans tous les cas, les rapports sexuels pourront être repris dès que la femme le désire. Le risque de grossesse existe dès le premier cycle : pour être efficace, la contraception choisie par la femme doit être mise en place dès l’IVG  .

-* Une consultation de contrôle est recommandée :
C’est elle qui permet d’éliminer une complication éventuelle et de rediscuter de la poursuite de la contraception en fonction des souhaits de la femme.
Comme avant l’IVG  , un entretien avec une conseillère conjugale et familiale peut également être proposé si la femme souhaite parler de ce moment, de son vécu et de sa vie sexuelle et affective en général.